Garder les motos 2020 pour 2021, peut-être une solution pour Ciabatti

Léna Buffa

Le monde, et avec lui les sports mécaniques parmi de multiples autres branches d'activité, vit actuellement une crise d'une rare violence et dont les contours sont encore bien difficiles à définir tant que la pandémie de COVID-19 sera en cours. L'impact de sa propagation est déjà extrêmement fort pour les situations individuelles comme pour l'économie globale, et le monde de la moto n'échappe pas aux secousses.

"C'est une situation nouvelle, inattendue et désirée par personne à laquelle nous devons nous confronter. Je crois que cela mènera à repenser le championnat, la crise économique que tout le monde vit influencera aussi les investissements pour les courses", pressent Paolo Ciabatti dans une interview pour GPone. Le fait est que les marques engagées dans les Grands Prix ne sont pas uniquement concernées par la suspension des courses, mais aussi directement touchées par la mise sur pause de toute activité commerciale classique. "En tant qu'entreprise nous vivons grâce au soutien de nos sponsors et de nos partenaires, mais aussi grâce aux motos que nous produisons, or en ce moment nous sommes presque tous fermés et, dans de nombreuses parties du monde, il n'y a même pas la possibilité d'acheter une moto", rappelle le directeur sportif de Ducati Corse.

Lire aussi :

La Dorna confirme son aide aux équipes avec des "avances considérables"

"Je crois que ce sera une année très difficile pour tous les constructeurs moto et que pour l'avenir il faudra repenser les coûts des courses", poursuit-il. "Les compétitions sont belles, amusantes, passionnantes, et c'est la meilleure façon de promouvoir une marque, mais elles doivent avoir des coûts soutenables et ceux-ci seront remodelés par la situation économique que nous vivrons ces prochaines années."

Le patron du programme sportif de Borgo Panigale estime qu'au vu du contexte actuel, mais aussi de la situation qui se dessinera à la sortie de cette crise, des compromis devront être consentis. L'un d'eux pourrait être d'utiliser les MotoGP développées pour 2020 jusqu'à la saison 2021, sans produire de nouveau modèle dans les mois à venir. "Tout ce qui n'enlève rien au spectacle en piste et qui permette de maintenir les coûts sous contrôle, à un moment où il est vital de le faire, est le bienvenu. Il n'y a pas encore eu de discussions à ce sujet, mais si le championnat 2020 devait se disputer avec un nombre réduit de courses, pourquoi aller investir dans de nouveaux modèles pour 2021 ? Ce pourrait être une solution."