Garde à vue pour Stéphane Poussier, l'ex-Insoumis qui se félicitait de la mort du gendarme Arnaud Beltrame

Romain Herreros
Garde à vue pour Stéphane Poussier, l'ex-Insoumis qui se félicitait de la mort du gendarme Arnaud Beltrame

POLITIQUE - Il ne s'attendait sans doute pas à ça. Stéphane Poussier, ex-candidat Insoumis aux élections législatives, a été placé en garde à vue pour "apologie du terrorisme" rapporte Franceinfo dimanche 25 mars, après une série de tweets particulièrement choquants dans lesquels il se félicitait de la mort du lieutenant colonel Arnaud Beltrame.

Selon le site de la radio, l'intéressé a été interpellé ce dimanche 25 mars à son domicile de Dives-Sur-Mer dans le Calvados en fin de matinée. Les propos qu'il a tenus hier ont provoqué un véritable tollé.

"À chaque fois qu'un gendarme se fait buter, et c'est pas tous les jours, je pense à mon ami Rémi Fraisse", écrivait-il notamment, exprimant son "pied" de voir "un colonel" disparaître: "Accessoirement, un électeur de Macron en moins".

Dans une autre publication, il invitait les "lèches-culs qui chougnent (sic) sur la mort d'un colonel de gendarmerie" à quitter sa page. Des messages qui lui ont valu une "exclusion immédiate" du parti de Gauche et de la France insoumise.

Au HuffPost, Alexis Corbière avait fait part de son indignation, dénonçant des "messages abjects, ignobles" qui sont "aux antipodes de tout ce que l'on pense et de ce que l'on a dit sur le lieutenant-colonel Beltrame". Dans la soirée de samedi à dimanche, Jean-Luc Mélenchon a lui aussi réagi, demandant aux journalistes d'arrêter de relayer ces tweets "écœurants".

Selon le code pénal, "le fait de provoquer...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post