Gard : des vignobles de Camargue frappés par le gel, du jamais-vu

Des vignes noires sans feuilles, des sommets de grappes brulées et des bourgeons dormants à l'avenir incertain : c'est le résultat de la gelée qui s'est abattue dans la nuit du mercredi 7 au jeudi 8 avril dernier à Saint-Laurent-D'Aigouze, dans le Gard. Du jamais-vu dans cette zone ventée du bord de mer. "Moi, je suis depuis plus de 30 ans ici. On n'avait jamais connu de gel dans cette zone-là. C'est une zone qui était totalement épargnée du gel. Et là, on a eu du gel par -4, ce qui était du jamais vu", assure Patrick Guiraud, président du syndicat des vins de sable de Camargue. De lourdes conséquences économiques Cet épisode climatique promet des conséquences économiques particulièrement lourdes. "Les dégâts sont évalués entre 60 et 100%. Il y a des parcelles comme celle où l'on se trouve où les dégâts sont évalués à 100%. L'espoir, c'est d'essayer de faire la moitié de la récolte qu'on fait habituellement", poursuit Patrick Guiraud, soit la moitié des 27 millions de bouteilles habituelles. Mais même dans le meilleur des cas, le résultat des récoltes ne devrait pas suffire à honorer les commandes.