Harcelée et violentée, elle raconte : "Mon mari est devenu fou car j’avais dépensé 20,70 €"

·3 min de lecture
Pendant plusieurs années, Claire a vécu un cauchemar avec son mari violent et radin...

Harcelée et violentée par son mari depuis plusieurs années, une Gardoise raconte son calvaire.

Une idylle qui tourne au cauchemar. Depuis qu'elle a rencontré son mari en 2007, Claire* a vu sa vie progressivement basculer. Tout avait pourtant idéalement démarré. "Du moment où je l’ai rencontré, je passais 24h/24 avec lui, j’ai cru que c’était l’homme parfait", raconte-t-elle dans Midi Libre.

Quelques années plus tard, en 2012, le couple se marie et achète une maison à Saumane, à quelques kilomètres d'Alès, dans les Cévennes. Déjà, le mari, directeur de projet dans l'aviation civile, compte chaque dépense et se montre d'une vigilance extrême avec Claire. Il semble la surveiller.

"Quand je retirais de l’argent sur notre compte, dans les 30 minutes j’avais un mail de sa part"

"Il me demandait, par exemple, pourquoi ma voiture n’était pas garée comme le matin, détaille-t-elle. Quand je retirais de l’argent sur le compte commun, dans les 30 minutes j’avais un mail de sa part".

Les semaines passent et le point de non-retour est atteint. "Il est arrivé un moment où je ne pouvais plus acheter à manger, ou alors sur consigne", révèle-t-elle. Sous-alimentée, elle voit sa tension monter à 17 et se fait régulièrement insulter par son mari. Elle ne parvient cependant pas à le quitter. Pis, en 2017, elle commence à avoir des soupçons sur sa vie amoureuse, en voyant sur un relevé de compte un virement de 9 euros à l'ordre de Meetic.

"Il est devenu fou parce que j’avais dépensé 20,70 € pour me faire couper la frange"

En colère, le mari demande à sa femme de quitter la maison sur le champ, alors qu'elle paye pourtant avec lui le crédit du logement. En fin d'année, elle se décide à aller porter plainte à la gendarmerie de Lasalle, mais les militaires prennent son témoignage avec légèreté. Elle se ravise avant de franchir le pas pour de bon en avril 2018, au commissariat d'Alès. Et pour cause : deux mois auparavant, son mari avait perdu les pédales en la frappant.

"Il est devenu fou parce que j’avais dépensé 20,70 € pour me faire couper la frange, se souvient-elle. Je l’ai menacé d’appeler les gendarmes, puis il s’est jeté sur moi, je suis partie comme une toupie. J’ai dû percuter un meuble, la table". Après avoir passé des examens à Montpellier, elle apprend qu'elle souffre d'une fissure au genou.

Il lui reproche notamment d'avoir dépensé trop d'argent... chez le dentiste

Pas suffisant pour stopper le mari violent qui multiplie les attaques. "J'ai connu plusieurs agressions, comme de me faire éjecter du bureau ou d’avoir les doigts coincés dans la porte", rembobine Claire. Alors qu'elle se fait opérer de son genou défaillant en mars 2019, le mari porte plusieurs fois plainte contre elle, lui reprochant notamment d'avoir dépensé trop d'argent... chez le dentiste.

Claire, qui espère en finir avec ce calvaire, a récemment obtenu la reconnaissance du statut d’handicapé pour son genou. Sa nouvelle avocate a finalement porté plainte pour harcèlement avec constitution de partie civile. Elle la défend également dans la procédure de divorce.

*Le prénom a été modifié