Dans ce garage de l'Aveyron, plus de la moitié des apprentis sont en situation de handicap

Un chef d’entreprise qui ne fait pas de discrimination à l’embauche. Dans ce garage près de Rodez, quatre apprentis sur sept sont en situation de handicap. Une ouverture à la différence, résultat de l’action de Jean-Philippe Sadoul pour qui la société inclusive est une évidence. "Il y a une reconnaissance de forme de handicap mais dans le vestiaire le matin, le midi à la cantine ou sur le poste de travail, c’est un salarié comme les autres. Il n’y a pas de distinction à avoir par rapport aux autres. Ils sont absolument intégrés dans le système de l’entreprise", explique le propriétaire de garage à Onet-le-Château (Aveyron). Le soutien des missions Cap Emploi Depuis 2005, la loi demande aux entreprises d’au moins 20 salariés de compter plus de 6% de travailleurs handicapés. Pour les accompagner, elles peuvent s’appuyer sur le travail des missions Cap Emploi. "Les personnes qui arrivent dans nos services sont réorientées par Pôle emploi. On fait une validation de projet avec. On fait le point pour déterminer quelles sont leurs attentes et leurs compétences. Et on va ensuite évoquer des pistes de métier", détaille Amélie Rigal, chargée d’insertion. Le chemin est pourtant encore long. Le handicap reste aujourd’hui le premier motif de discrimination à l’embauche.