Gap : un officier de police judiciaire a exercé après avoir raté son examen

·1 min de lecture
Il a fallu attendre plus de six mois pour régler la situation (illustration).
Il a fallu attendre plus de six mois pour régler la situation (illustration).

Les conséquences pourraient être importantes. À Gap, selon les informations de BFMTV, un fonctionnaire de police a servi en tant qu?officier de police judiciaire (OPJ) pendant plusieurs mois, et ce, malgré le fait qu?il n?avait jamais obtenu son examen après plusieurs tentatives. Au printemps 2020, après avoir passé son examen dans une école de Nîmes, le policier reçoit une note éliminatoire et en fait part à sa hiérarchie.

Une source au sein du commissariat de Gap insiste : « Il n?a jamais menti. Dès le départ, il a informé sa hiérarchie qu?il avait reçu une note éliminatoire et qu?il n?était pas OPJ. » C?est un télégramme qui viendra, en juillet de la même année, semer le trouble. « Ce télégramme a été envoyé au commissariat par le secrétariat général pour l?administration du ministère de l?Intérieur (SGAMI), suite à un arrêté de la direction des ressources et des compétences de la police nationale (DRCPN), explique la même source. Dans ce télégramme, il est clairement indiqué que ce policier est dans la liste des OPJ. »

« On s?est retrouvé avec un OPJ habilité alors qu?il n?avait finalement pas eu son examen »

Le policier est ainsi habilité comme officier de police judiciaire par le procureur général de la République de Grenoble, Jacques Dallest. L?homme prend ses fonctions sous la direction du procureur de Gap, qui lui confie la gestion de nombreuses procédures jusqu?au mois de janvier 2021. Avec deux autres officiers, il rejoint le groupe des stups et tr [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles