« Game of Thrones » a-t-elle gâché sa postérité ?

Par Philippe Guedj
·1 min de lecture
Daenerys Targaryen (Emilia Clarke), en plein « very bad trip ». Le virage destructeur que beaucoup de fans n'ont pas pardonné aux showrunners de « Game of Thrones ».
Daenerys Targaryen (Emilia Clarke), en plein « very bad trip ». Le virage destructeur que beaucoup de fans n'ont pas pardonné aux showrunners de « Game of Thrones ».

Plus terrifiante que le massacre des Noces pourpres, plus effroyable que la débâcle de la Nera, plus destructrice qu'un lâcher de dragons sur Port-Real : la colère des fans de Game of Thrones après la fin de l'ultime saison 8, le 19 mai 2019, a pratiquement réduit en cendres la réputation de la série. Vu par 19,3 millions de spectateurs américains à l'époque (record absolu pour HBO), sans compter les audiences internationales ni les dizaines de millions de piratages, Le Trône de fer, épisode marquant les adieux au monde du feuilleton, a déchaîné un véritable feu grégeois de critiques (y compris dans nos propres rangs !), signal d'un brutal désamour des fans pour leurs idoles de jadis.

« Le sentiment qui a dominé c'était? Tout ça pour ça ? » commente Justine Breton, maîtresse de conférences en littérature française à l'université de Reims et coautrice, avec Florian Besson, du livre Une histoire de feu et de sang. Le Moyen Âge de « Game of Thrones » (Puf). « Sept saisons à nous mettre les nerfs à vif avec la grande menace des Marcheurs blancs et il suffit d'une nuit et d'un coup de couteau pour qu'ils passent à la trappe ? Daenerys qui sombre dans le poncif de la femme de pouvoir dangereuse et hystérique, avec l'idée sous-jacente qu'une femme ne sait pas gérer ses émotions et, donc, ne devrait pas diriger ? Et Bran Stark élu souverain final alors qu'il n'a pratiquement rien fait pendant cinq saisons et que son récit était le plus inintéressant de tous ? Le gr [...] Lire la suite