Gambie: un sirop au paracétamol soupçonné d'avoir provoqué la mort de 28 enfants

La Gambie suspend l’usage du paracétamol sous forme de sirop. Une mesure de précaution après le décès de plusieurs enfants suite à des cas d’insuffisances rénales aiguës ces dernières semaines. En plus de la bactérie E. Coli retrouvée dans les selles des patients, le sirop de paracétamol est l’une des potentielles causes à l’étude.

Avec notre correspondant à Banjul, Milan Berckmans

C’est une épidémie qui intrigue et inquiète, en Gambie. Depuis le mois de juillet, 28 enfants sont décédés d’insuffisances rénales aiguës apparues après des diarrhées. C’est ce que révélait un rapport des autorités sanitaires du pays le mois dernier.

Ce week-end, le ministère de la Santé a donné plus de détails sur l’enquête en cours à travers un communiqué : la bactérie Escherichia coli, qui peut causer des lésions au niveau rénal, a été retrouvée dans les selles de la plupart des patients. La piste d’une infection bactérienne est donc privilégiée.

Mais les médecins gambiens n’écartent pas l’hypothèse du sirop de paracétamol. En effet, la majorité de ces enfants ont reçu ce médicament dans les jours précédant leur décès. Selon le ministère de la Santé, l’ingestion de cet antalgique a déjà causé des épidémies d’insuffisance rénale dans d’autres pays.

La Direction nationale de la santé a donc demandé à tous les hôpitaux du pays de ne plus utiliser ce sirop, et de le remplacer par de simples cachets de paracétamol, au moins jusqu'à la fin de l'enquête.

Une équipe d’experts des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies, agence fédérale américaine, arrivera cette semaine en Gambie.


Lire la suite sur RFI