Gambie : remous autour de l’accord des partis de Barrow et Jammeh

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
En alliant son parti à celui de son prédécesseur Yahya Jammeh, le président Adama Barrow brouille les lignes de la justice qui attend l'ex-autocrate à la suite de la publication des conclusions de la commission Vérité, reconciliation, réparation.
En alliant son parti à celui de son prédécesseur Yahya Jammeh, le président Adama Barrow brouille les lignes de la justice qui attend l'ex-autocrate à la suite de la publication des conclusions de la commission Vérité, reconciliation, réparation.

La température politique monte d?un cran en Gambie, ce petit pays enclavé dans le Sénégal, à deux mois du début de la campagne de l?élection présidentielle. En cause : l?alliance que le parti du président Adama Barrow, tombeur de l?ex-dictateur Yahya Jammeh, vient de nouer avec le parti de son prédécesseur pourtant accusé de violations des droits de l?homme. Le Parti national du peuple (NPP) de M. Barrow et l?Alliance patriotique pour la réorientation et la construction (APRC) de M. Jammeh ont donc décidé de faire cause commune en vue de l?élection du 4 décembre, ce qui a ulcéré le Centre gambien pour les victimes de violations des droits de l?homme. « Cette alliance survient au moment où la commission Vérité, réconciliation et réparations (TRRC) est sur le point d?achever sa mission et de remettre son rapport final et ses recommandations au président » Barrow, a souligné cette ONG dans un communiqué cité par l?AFP.

À LIRE AUSSIGambie : et revoilà Yahya Jammeh !

Une hypothèque sur les recommandations de la commission Vérité, réconciliation et réparations

Le Centre gambien pour les victimes de violations des droits de l?homme voit dans cette alliance une « menace pour l?application par le gouvernement des recommandations de la TRRC » et accuse le chef de l?État « d?abandonner les citoyens gambiens éplorés pour retourner dans les bras de ce tyran meurtrier et violeur et son parti terroriste » dans le seul but de se maintenir au pouvoir.

En deux ans d?auditions d [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles