Des galaxies du jeune Univers se dévoilent aux infrarouges

·2 min de lecture

Matthieu Béthermin, lauréat du prix jeune Chercheur de la Société Française d’Astronomie et d’Astrophysique en 2021, répond aux questions de Sciences et Avenir.

Astronome adjoint au Laboratoire d'Astrophysique de Marseille, Matthieu Béthermin, 35 ans, a travaillé sur le fond infrarouge émis par les galaxies. Il étudie désormais plus spécifiquement celles qui produisaient beaucoup d'étoiles voici 10 milliards d'années. Certaines, étonnamment poussiéreuses, étaient inaccessibles aux télescopes optiques et ultraviolets. Leur détection par l'infrarouge permet également de mieux comprendre le rôle de la matière noire dans leur formation.

"La poussière absorbe très efficacement les ultraviolets"

Sciences et Avenir : Comment les infrarouges peuvent-ils nous aider à percer les mystères de ces galaxies qui peuplaient le jeune Univers ?

Matthieu Béthermin : Pendant longtemps, pour tracer la formation des étoiles et donc des galaxies qui les abritent, on a utilisé des télescopes comme Hubble. Ces instruments permettent d'observer dans le visible et l'ultraviolet la lumière des grosses étoiles très lumineuses. Mais cela n'est possible que pour des galaxies qui contiennent très peu de poussière car celle-ci absorbe très efficacement les ultraviolets. Or, on sait maintenant qu'il existe des galaxies qui contiennent énormément de poussières et qui ne peuvent être étudiées par cette méthode. Pour avoir un bilan complet de la formation d'étoiles, il faut traquer l'émission de cette poussière qui absorbe l'énergie des étoiles et la réémet à une longueur d'onde bien plus importante, dans l'infrarouge et les micro-ondes.

"La moitié du rayonnement produit au cours de l'histoire de l'Univers est contenu dans le fond infrarouge"

C'est cette poussière qui est responsable du fond diffus infrarouge ? Pourquoi est-il si important pour notre compréhension de l'Univers ?

La poussière n'est pas la seule composante du fond infrarouge. Si on exclut le fond diffus cosmologique émis très tôt après le Big-Bang, la moitié du rayonnement produit au cours de l'histoire de l'Univers est contenu dans le fond infrarouge et est donc lié à la poussière. Une grande p[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles