GAFAM : faut-il davantage les taxer ?

·1 min de lecture

“Il est évident qu’il faut taxer les GAFAM” soutient le géopolitologue Pascal Boniface, fondateur de l’institut de relations internationales et stratégiques (IRIS). Il soulève également l'absurdité de la fortune de Jeff Bezos qui a augmenté “de l’équivalent du PIB du Mozambique en un seul jour”. Une telle croissance est possible car, pour lui, les GAFAM “se sont développés sur la base de deux modèles : l’innovation technologique et l’évasion fiscale”. Face à un tel constat, Pascal Boniface estime que les consommateurs seraient bénéficiaires de l’un et victimes de l’autre. Ainsi, il n’existe qu’une solution pour le fondateur de l’IRIS : la régulation du marché de l’économie numérique. Autrement, “s’il n’y a pas de régulation, nous serons dans une régulation imposée par les GAFAM dans laquelle nous serons perdants”, explique le géopolitologue.

à lire aussi : Gafam : est-il possible de leur résister ?

Cette solution, l’économiste Nicolas Marques la perçoit davantage comme un nouveau problème. A l’en croire, les consommateurs seraient en effet plutôt perdants, car lorsqu’ “on taxe les GAFA, on taxe leurs partenaires et ces partenaires taxent finalement les consommateurs”. L’économiste précise que “trois types de personnes payent l’impôt sur les sociétés : le consommateur quand les biens sont fondamentaux, l’actionnaire ou le salarié quand les biens ne sont pas recherchés”. Dans le cas des GAFAM, “on est dans un bien qui est recherché” souligne Nicolas Marques.

Selon ce dernier, les (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Les consommateurs de cannabis pourront désormais travailler chez Amazon
Covid : de possibles clusters dans les TGV ?
Vacances : dès le 9 juin, les Européens vaccinés pourront entrer en France sans test PCR
Ce nouveau "supercalculateur" qui booste les prévisions météo et étudie le changement climatique
Le G7 va tenter d’avancer sur l’impôt mondial sur les multinationales