Gabriel Attal : l'étonnante raison pour laquelle il ne va jamais chez le coiffeur avant un passage télévisé

·1 min de lecture

Les Français le savent : la menace d'un nouveau confinement les guette. Alors que le taux de vaccination reste faible et que les variants étrangers, beaucoup plus contagieux, se multiplient, le gouvernement laisse entendre qu'il n'y aura peut-être pas d'autre solution. Mais pour l'heure, le Premier ministre Jean Castex a choisi de repousser l'échéance. A la place, les sanctions sont durcies envers les personnes qui ne respectent pas le couvre-feu, et les centres commerciaux de plus de 20 000m2 sont fermés jusqu'à nouvel ordre. Mais certains sont persuadés que l'heure fatidique approche. Afin de repérer le moindre indice sur un potentiel reconfinement, ils observent donc avec attention les faits et gestes des responsables politiques. C'est pour cette raison que Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, a pris une étonnante décision. En effet, il refuse catégoriquement de se rendre chez le coiffeur avant un passage télévisé. La raison ? "Sinon, les gens se disent tout de suite qu'on va reconfiner le pays", explique l'homme politique de 31 ans dans les colonnes du Parisien.

C'est donc avec sa coiffure habituelle que Gabriel Attal s'est présenté sur le plateau de C à vous, ce lundi 1er février. Remplaçant Anne-Elisabeth Lemoine, Ali Baddou lui a demandé ce qui avait bien pu se passer dans la nuit de jeudi à vendredi "pour comprendre que le couvre-feu suffirait à contenir l’épidémie." En effet quelques jours plus tôt, le porte-parole du gouvernement avait laissé entendre qu'un "confinement (...)

Lire la suite sur le site de Voici

Maëlle Mietton : ce rêve d'enfant qu'elle a réalisé grâce à Un si grand soleil
Lupin : la série avec Omar Sy a-t-elle fait exploser le tourisme à Etretat ?
Booba sous le choc : il réagit à la mort de Dustin Diamond, Screech de Sauvés par le gong
Justin et Tiffany : pourquoi on ne les verra plus dans Mamans et célèbres
"Je me suis fait déglinguer" : Kamini balance sur son passage dans On n'est pas couché, onze ans après