Gabriel Attal intransigeant : "Marine Le Pen doit être reconduite à la frontière de la vie politique"

·1 min de lecture

À un peu plus d'un an de la présidentielle de 2022, les spéculations vont déjà bon train. Dans une interview au Journal du dimanche, le porte-parole du gouvernement ne s'est pas montré tendre avec Marine Le Pen. Gabriel Attal appelle à la mobilisation pour que la présidente du RN "soit reconduite à la frontière de la vie politique par le vote des Français." Questionné sur l'éventualité d'une opposition Macron-Le Pen au second tour qui serait extrêmement favorable au premier, Gabriel Attal a assuré ne pas faire "de tels calculs" qui relèveraient selon lui "d'un cynisme absolu".

Il a toutefois expliqué : "Comme beaucoup, je rêve d'un second tour sans l'extrême droite, et je constate à l'inverse que nos oppositions cherchent à tout prix à nous affaiblir pour s'assurer, elles, un face-à-face avec Le Pen", a-t-il déclaré. Et de poursuivre : "Comme si elles étaient assurées de l'emporter ! Ne jouons pas avec le feu et mobilisons-nous pour que Marine Le Pen soit reconduite à la frontière de la vie politique par le vote des Français."

À propos des questions régaliennes, le porte-parole du gouvernement a affirmé que "le RN a prospéré sur ces sujets parce que les gouvernements précédents ont fui leurs responsabilités. Nous, nous les affrontons et nous y répondons", a-t-il lâché. Et d'ajouter : "C’est le cas avec le projet de loi séparatisme, qui met nos oppositions face à leurs contradictions". Le 12 février dernier, le politicien de 31 ans a déjà donné son avis sur l'influence de Marine (...)

Lire la suite sur le site de GALA

PHOTO : Dominique Farrugia transformé, dévoile son impressionnante perte de poids
Bernard Tapie : "j'en ai chialé"... Ce fameux bien dispendieux qui lui a appartenu vient de partir en fumée
Eric Zemmour se rêve en chef d'État : découvrez ce qui se trame pour la présidentielle 2022
"Choqué et triste" : le prince William ne digère par le comportement d'Harry et Meghan Markle
Edouard Philippe : changement de bord pour l'ancien Premier ministre