Pour Gabriel Attal, « il faut répondre aux enjeux de la laïcité à l'école sans attendre l’uniforme »

© SYSPEO/SIPA

Pour ou contre le retour du port de l’uniforme à l’école ? Jeudi 12 janvier, le sujet a été débattu à l’Assemblée nationale. Lors de sa journée de niche parlementaire, le Rassemblement national a en effet fait une proposition de loi pour rendre obligatoire l’uniforme. Une proposition qui a été rejetée. Pourtant, la veille, Brigitte Macron a évoqué, elle aussi, cette même idée . Dans les colonnes du Parisien, elle explique pourquoi l’uniforme devrait être obligatoire. « J'ai porté l'uniforme comme élève : 15 ans de jupette bleu marine, pull bleu marine. Et je l'ai bien vécu », explique la première dame. « Donc je suis pour le port de l'uniforme à l’école, mais avec une tenue simple et pas tristoune », a-t-elle ajouté. Mais Gabriel Attal ne semble pas exactement du même avis l'a précisé sur Europe 1 .

Lire aussi - Uniforme à l’école : Brigitte Macron agite la classe politique et contredit Pap Ndiaye

Un intérêt bien particulier

Gabriel Attal connaît bien le sujet. Il a travaillé dessus lorsqu'il était secrétaire d'État auprès du ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse. « J'avais décidé que les jeunes porteraient l'uniforme dans le cadre du service universel », explique-t-il. Le ministre des Comptes publics n’est pas fermé à l’idée. Au contraire, il se dit même favorable à une expérimentation du port de l'uniforme à l’école.

Selon lui, l’uniforme a un intérêt bien particulier. Celui-ci s’explique par « une attente d'autorité dans notre pays, mais aussi d'appartenance...


Lire la suite sur LeJDD