Gabriel Attal défend les mesures décriées de Jean Castex : «l’objectif n'est pas le bon mot, mais la bonne mesure»

·1 min de lecture

Face à la propagation constante des contaminations au coronavirus, l'exécutif a été contraint d'instaurer de nouvelles mesures restrictives. Ainsi, depuis ce vendredi 19 mars à minuit, seize départements ont été placés sous confinement. La veille, l'annonce de Jean Castex avait suscité toutes les attentions. Néanmoins, le Premier ministre a tenu à nuancer ses propos. "C'est une troisième voie que nous retenons, une voie qui doit permettre de freiner sans enfermer", a-t-il déclaré lors de cette conférence de presse. À la suite de cette décision, les avis ont été divisés et les Français ont dû mal à s'y retrouver. Est-ce réellement un confinement ? Face à ces interrogations, Gabriel Attal s'est confié dans les colonnes du Journal du Dimanche et a tenu à défendre les mesures décriées par le Premier ministre.

Ce dimanche 21 mars, le porte-parole du gouvernement est revenu sur ce terme "confinement" qui fait grand bruit et a tenté d'éclairer la situation. "Le confinement, ça veut dire être enfermé dans un espace clos; ce n'est pas le cas", a-t-il démarré avant de poursuivre : "Notre objectif, ce n'est pas de trouver le bon mot, mais la bonne mesure. En laissant les gens dehors et en interdisant les déplacements entre les régions pour éviter que le virus ne circule, c'est le bon sens qui prime." Cette décision portera-t-elle ses fruits ?

Depuis un an, les Français ainsi que le reste du monde, vivent au rythme de la pandémie de coronavirus. Avec l'arrivée des nouveaux variants, la situation (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Emmanuel Macron et Édouard Philippe : leur dîner secret et en tête à tête à l’Élysée... Le menu de la crise !
Prince William : malgré la tourmente « son frère Harry lui manque »
Roselyne Bachelot testée positive à la Covid-19 et « à l’isolement »... Le sort s’acharne
Quel roi sera Charles ? « Il ne restera pas silencieux comme sa mère »
INTERVIEW - Elodie : "The Voice était un rêve, pas un plan de carrière"