Gabriel Attal décontracté et souriant au moment de glisser son bulletin dans l'urne pour les élections législatives

Alors qu'il pourrait prochainement être contraint de démissionner de son poste de Premier ministre, Gabriel Attal affichait un large sourire sur ses lèvres au moment d'aller voter pour le second tour des élections législatives dimanche 7 juillet 2024.

Figure incontournable du gouvernement depuis 2017, Gabriel Attal a occupé plusieurs fonctions au fil des années, qui lui ont permis de gravir les échelons malgré son très jeune âge. Porte-parole du gouvernement durant plusieurs années, il fut ensuite nommé ministre du budget, avant d'être ensuite promu ministre de l'éducation national, et de devenir finalement Premier ministre. Malheureusement pour lui, il n'aura pas vraiment eu le temps de faire ses preuves en tant que chef du gouvernement. En effet, la dissolution de l'Assemblée nationale est venue freiner considérablement son ascension express vers les plus hautes sphères du pouvoir. À cause des élections législatives organisées les dimanches 30 juin et 7 juillet 2024, Gabriel Attal pourrait être contraint de démissionner de son poste de Premier ministre si les résultats ne lui sont pas favorables.

En effet, si le parti présidentiel n'obtient pas une majorité significative au sein de l'Assemblée nationale, Gabriel Attal ne serait pas en mesure de diriger le gouvernement français. Malheureusement pour lui, les chiffres ne sont clairement pas en sa faveur. À l'issue du premier tour des élections législatives, le Rassemblement national est arrivé largement en tête des votes, avec plus de 33% des suffrages. De son côté, le Nouveau Front Populaire, composé de l'intégralité des partis politiques de gauche (PS, LFI, EELV, PCF etc.) a récolté plus de 29 % des voix. L'ancienne majorité présidentielle est finalement arrivée...

Lire la suite


À lire aussi

"Allez-y, faites-nous un cours..." : Gabriel Attal et Jordan Bardella s'écharpent en direct lors du débat des législatives sur TF1
Gabriel Attal, Premier ministre tremblotant ? Ce détail qui n'est pas passé inaperçu au moment de son discours
Démission de la Première ministre Elisabeth Borne : Gabriel Attal enfin fixé sur son sort !