Gabriel Attal : «Certaines formations politiques participent depuis l'Assemblée nationale à une sorte de radicalisation»