Gabriel Attal ambitieux ? Retour sur le parcours fulgurant d'un Macron Boy

·1 min de lecture

Il n’a que 31 ans, et pourtant Gabriel Attal est déjà porte-parole du gouvernement, en première ligne dans le combat contre le coronavirus. Mais jusqu’où ira-t-il ? Sa belle réussite est le fruit d’un parcours fulgurant qui a, pour certains, quelque chose d’agaçant. « Il y a deux ans, je ne m’imaginais pas député et là me voilà secrétaire d’État », résumait le principal intéressé en 2018 lors de sa prise de fonction de chargé de la jeunesse et du service national universel. « Gabriel Attal pur produit du carriérisme politique trouvait tellement dur de ne pas être ministre avant 30 ans… ouf il est secrétaire d’État », avait à l’époque écrit l’ancienne ministre de la Fonction publique Marylise Lebranchu dans un tweet repéré par 20 Minutes.

Le média rappelait que c’est lors d’une manifestation contre Jean-Marie Le Pen, à laquelle l’avaient emmené ses parents en 2002, alors qu’il n’avait que 13 ans que la vocation politique du natif de Clamart, dans les Hauts-de-Seine, est née. À 17 ans, il entre au Parti socialiste et se fait rapidement une place importante. « Il était brillant, bourré d’humour et très politique. Il est d’ailleurs resté au ministère pendant toute la durée du quinquennat », s’était souvenue en 2018 l’ancienne ministre de la Santé, Marisol Touraine, dont il a été conseiller chargé des relations avec le Parlement à partir de 2012.

Précurseur, dès 2016, la nouvelle star de la politique rejoint La République en marche dont il devient porte-parole l’année suivante. Alors (...)

Lire la suite sur le site de GALA

"Pas de grands airs, ni de chichis" : le quotidien de Kate Middleton à mille lieues des fantasmes
Olivier Véran (enfin) de retour à l'Assemblée après sa grosse colère
Meghan Markle toujours méfiante avec Buckingham : son jackpot de 33 millions d'euros conclu dans le secret
PHOTO - Charlène de Monaco et sa fille Gabriella réunies pour un baptême très spécial
Jean-Pierre Pernaut, très ému, rend hommage à un "compagnon des débuts" disparu