Gabon : le Redhac demande la libération de Brice Laccruche Alihanga

Ex-directeur de cabinet du président Ali Bongo, le franco-gabonais Brice Laccruche Alihanga est incarcéré depuis le 13 décembre 2019. Il a été condamné à 5 années de prison pour différentes affaires. Le Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale demande sa libération pour des raisons médicales. Les autorités indiquent n’avoir aucun commentaire à faire sur ce dossier qui relève de l’institution judiciaire.

Dans son communiqué long de trois pages, le Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale revient sur l’ensemble du dossier judiciaire de Brice Laccruche Alihanga et cite notamment le rapport de décembre 2020 du Groupe de Travail de l’ONU qui jugeait la détention du franco-gabonais arbitraire et demandait sa libération immédiate.

Le Redhac, dirigé par Maximilienne Ngo Mbe, estime aujourd’hui que l’état de santé dégradé de Brice Laccruche Alihanga nécessite sa libération et une hospitalisation. « Non seulement il est gravement malade, mais il fait une dépression. Et vous savez très bien qu’en prison, quand vous commencez à faire une dépression grave, ça peut mener à un suicide. Et si aujourd’hui Brice Laccruche se suicidait, l’Etat du Gabon serait sur le banc des accusés. »

Jointes par RFI, les autorités indiquent que le gouvernement ne peut faire aucun commentaire sur le dossier de Brice Laccruche Alihanga qui relève de l’institution judiciaire indépendante.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles