Gabon: une panthère sème la terreur dans la ville d’Iboundji déjà privée d’électricité

Une panthère qui aurait perdu ses repères dans la forêt sème la terreur dans la petite ville d’Iboundji située dans le sud-est du pays. Les populations vivent désormais la peur au ventre. La panthère qui opère de nuit a déjà dévoré plusieurs chiens dans cette ville où l’électricité fait défaut depuis trois mois.

Avec notre correspondant à Brazzaville, Yves Laurent Goma

La colère est montée d’un cran ce lundi 9 mai. Les habitants d’Iboundji, branchages et pancartes à la main, ont organisé une marche pacifique pour appeler les autorités à l’aide. « La panthère nous dévore », ont-ils consigné sur une pancarte.

Chiens dévorés

Aucun humain n’a été attaqué pour le moment, mais depuis deux mois, la panthère dévore les chiens. Stéphane Mayembo, président du conseil départemental de l’Ogooué-Lolo dont Iboundji est la capitale, raconte : « La panthère a essentiellement tué des chiens, dont un au Trésor d’Iboundji. Le plus surprenant, celui du commandant de brigade qui a été tué à 20 heures, vu que nous sommes totalement dans le noir ».

Mardi, une forte délégation composée de gendarmes et de vétérinaires a été dépêché sur place : « Il y a une dizaine de gendarmes qui sont allés renforcer ceux qui sont sur place à Iboundji. En tout cas, les agents des eaux et forêts, parmi eux, des médecins, qui à leurs dires souhaiteraient capturer le félin ».

Couvre-feu

Un couvre-feu de 22 heures à 6 heures est en vigueur dans la ville depuis une semaine. Personne ne sait pourquoi cette panthère a quitté la forêt pour roder dans cette localité de 3 000 habitants.

À lire aussi : Gabon: rencontre de banquiers de l’Afrique centrale sur le financement des économies post-Covid-19

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles