Gabon: une nouvelle série de mises en examen cible 4 autres enfants d'Omar Bongo en France

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

En France, la justice a mis en examen au moins 4 enfants de l'ancien président gabonais Omar Bongo, entre ce mois-ci et le mois dernier, dans le dossier dit des « biens mal acquis ». Ils sont poursuivis pour recel de détournement de fonds publics, corruption active et passive, blanchiment et abus de biens sociaux. Au total, au moins 8 des 54 enfants de l'ancien chef de l'État sont poursuivis dans le cadre de cette information judiciaire ouverte en France.

Parmi les 4 nouveaux mis en examen dans cette affaire, figurent notamment Pascaline Bongo, 66 ans, qui a été la directrice de cabinet de son père, et Omar Denis Junior Bongo, 28 ans, qui est aussi le petit-fils du président congolais Denis Sassou-Nguesso.

La justice soupçonne ces 4 enfants d'Omar Bongo d'avoir « sciemment » bénéficié d'un patrimoine immobilier frauduleusement constitué en France par leur père. L'ensemble de ces biens a récemment été évalué par la justice à au moins 85 millions d'euros.

Plus tôt dans l'année, le juge financier a déjà mis en examen 4 autres enfants de l'ancien chef de l'État... qui a dirigé le Gabon de 1967 à 2009. Tous ont nié être au courant du caractère présumé frauduleux de cette fortune.

Dans un arrêt rendu en février, la cour d'appel de Paris a estimé que la fortune de la famille Bongo « provient de l'argent issu de détournements de fonds publics. »


Lire la suite sur RFI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles