Gabon: Noureddin Bongo, le fils d’Ali Bongo, s'exprime pour la première fois

·1 min de lecture

Noureddin Bongo Valentin, le fils d’Ali Bongo, qui occupe les fonctions de Coordinateur général des affaires présidentielles, a accordé son premier entretien. Nommé à ce poste en décembre 2019, Noureddin Bongo, souvent pressenti comme successeur de son père, ne s’est jamais publiquement exprimé. Il a rompu le silence. Il a accordé sa toute première interview à Ecofin, une agence économique à vocation panafricaine.

Avec notre correspondant à Libreville, Yves-Laurent Goma

Pour cette première prise de parole, Noureddin Bongo Valentin a accepté de parler de certaines questions considérées jusque-là comme taboues. C’est le cas par exemple de sa nationalité. « En Afrique comme ailleurs dans le monde, même Barack Obama en a été victime », a-t-il répondu avant de terminer par une menace : « je mets un point d’honneur à porter plainte contre les auteurs d’accusations fantaisistes et mensongères ».

Depuis sa nomination en décembre 2019 à côté de son père, plusieurs Gabonais lui prêtent des ambitions politiques. « Comprenez-vous le questionnement de ceux qui voient s’approcher du sommet de l’État une troisième génération de Bongo ? », lui a demandé le journaliste. Pas de réponse directe de l’interviewé…

« Je suis fier du nom que je porte et je sais que les Gabonaises et les Gabonais me jugeront sur les résultats, sur les améliorations significatives apportées à leur quotidien et non sur un délit de patronyme que certains, en manque d’arguments, agitent de manière pavlovienne », a-t-il répondu.

Poursuivi au tribunal de Libreville par des activistes gabonais pour enrichissement illicite, le fils du chef de l’État a expliqué : « Personne n’a apporté aucune preuve. Objectif de ce genre de procédé : salir la réputation d’une personne pour la déstabiliser. »