Publicité

Gabon: la nomination de l’ex-patronne de la Cour constitutionnelle en tant que présidente honoraire annulée

Au Gabon, la Cour constitutionnelle a annulé ce 2 février la nomination de son ex-patronne de 1991 à 2023 à un poste de présidente honoraire. Marie-Madeleine Mborantsuo était vue comme un pilier du pouvoir dirigé par la famille Bongo.

La déclaration sonne comme un désaveu : au Gabon, la Cour constitutionnelle vient d’annoncer qu’elle annulait la nomination de Marie-Madeleine Mborantsuo à la fonction de présidente honoraire. La magistrate avait été à la tête de la plus haute juridiction du pays pendant plus de 30 ans. Elle était vue comme un pilier du pouvoir.

Pour se justifier, la Cour affirme que des « vices de procédures, de forme et de fond ont été constatés dans la délibération » qui a nommé Marie-Madeleine Mborantsuo à la présidence honoraire. C’est ce qu'a déclaré ce 2 février Christian Bignoumba Fernandes, le doyen des juges de la Cour constitutionnelle, dans un texte lu à la télévision nationale. Le magistrat a expliqué que cette fameuse délibération ne figurait pas dans « les minutes du greffe » de la cour. Par conséquent, l'institution judiciaire « déclare nulle et non avenue ladite délibération », a conclu le juge.

À lire aussiGabon: fin de règne pour la présidente de la Cour constitutionnelle

Pour Jeanne-Clarisse Dilaba, vice-présidente du Conseil national de la société civile, la pression populaire a fonctionné.


Lire la suite sur RFI