Gabon : le mystère de la mortalité des carpes de Lambaréné

Jacques Deveaux

Cela a commencé début juillet. La population vivant sur les bords du fleuve Ogooué, près de Lambaréné, constate la présence de centaines de poissons morts, dérivant sur le fleuve. Quelques jours plus tard, la scène se reproduit près du lac Zilé. Fin juillet, l’Agence nationale des parcs nationaux ouvre une enquête. De son côté le gouvernement interdit la pêche. Il invite les populations à "s’abstenir de consommer les poissons retrouvés morts et à collaborer avec les équipes présentes sur le terrain."

Curieusement, une seule espèce de poisson est concernée : la carpe. Et les supputations vont bon train sur cette hécatombe. On parle de rejets industriels de métaux lourds, ou de contamination chimique aux pesticides et aux engrais. En fait, selon les premières constatations, cette mortalité serait due à une bactérie de type Aeromonas veronii.


"Les analyses effectuées par le Centre International des Recherches Médicales de Franceville (CIRMF) ont révélé la présence anormalement élevée dans l’eau et dans les carpes trouvées mortes d’une bactérie de type Aeromonas veronii présente naturellement dans l’environnement", conclu le communiqué officiel.
Cette bactérie répandue dans le monde entier peut être particulièrement virulente, provocant chez (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi