Gabon: l'opposant Guy Nzouba-Ndama accusé de blanchiment de capitaux

L’ancien président de l’Assemblée nationale a été arrêté samedi à la frontière, de retour du Congo-Brazzaville. Plus d’un milliard de francs CFA en liquide ont été retrouvés dans ses valises. Après 3 jours de garde à vue à Franceville et son transfert dans la capitale, l'opposant a été libéré mardi soir. La substitut du procureur a dit qu’il était soupçonné de détention irrégulière de fonds. Mais de nouvelles charges sont désormais retenues contre lui.

Guy Nzouba-Ndama a été entendu jusque tard lundi 19 septembre par le procureur de Franceville. Et le voilà désormais accusé de détention irrégulière de fonds, mais aussi blanchiment de capitaux et intelligence avec une puissance étrangère portant atteinte aux intérêts diplomatiques et économiques du pays.

Une accusation qui fait référence au Congo Brazzaville d’où revenait Guy Nzouba-Ndama, alors que certains accusent le pouvoir congolais de financer l’opposition gabonaise. Enfin il est soupçonné de tentative de corruption, notamment pour avoir donné 5 000 francs CFA à un agent. Une somme qui a bien été remise, « simplement pour remercier un fonctionnaire d’avoir été poli et respectueux », indique l’un de ses avocats.

La détention illégale de fonds, première charge qui avait été retenue ce week-end, a finalement été abandonnée. « C’est une procédure politique. Voyager avec cet argent n’est pas une infraction. Et si infraction il y avait, elle serait douanière, avec une simple amende. On dirait que les autorités ont tâtonné pour trouver des fautes qui n’existaient pas », a réagi Me Anges Kevin Nzigou.


Lire la suite sur RFI