Gabon : l'ancien directeur de cabinet d'Ali Bongo interpellé à Libreville

Le Point Afrique

Brice Laccruche Alihanga, ancien bras droit du président Ali Bongo Ondimba, a été arrêté et accusé de corruption. 

Ancien bras droit du président, Brice Laccruche Alihanga a été arrêté et accusé de corruption, en même temps que la plupart de ses proches.


L'opération anticorruption gabonaise a fait une « victime » de plus. Le Franco-Gabonais Brice Laccruche Alihanga, 39 ans, ancien directeur de cabinet du président Ali Bongo Ondimba, a été interpellé ce mardi 3 décembre « à son domicile de Libreville », a déclaré à l'AFP le procureur André Patrick Roponat. « Il est actuellement entendu » par les enquêteurs, a ajouté le magistrat dans l'après-midi. Son arrestation intervient au lendemain de son éviction du gouvernement, après un énième remaniement.

Il y a encore quelques semaines, Brice Laccruche Alihanga jouissait d'une certaine influence, renforcée au fil des mois avec l'absence du président, convalescent après un accident vasculaire cérébral (AVC) survenu le 24 octobre 2018. Mais le lancement d'une tonitruante « tournée républicaine » dans tout le pays n'est pas passé auprès des caciques du pouvoir, inquiets de voir cet ancien proche d'Ali Bongo Ondimba dans la lumière, devenu même pour le média gabonais Gabon Review « l'homme le plus puissant de la République ». L'initiative lui a en tout cas valu, début novembre, d'être écarté de la présidence et d'être nommé dans la foulée à la tête du ministère « chargé du Suivi de la stratégie des investissements humains et des Objectifs de développement durable », sans réel pouvoir.


Lire aussi Gabon – Laurence Ndong : «  Il faut rompre avec le cycle des élections truquées  »

Opération « Scorpion »

Son limogeage avait coïncidé avec le lancement d'une opération anticorruption, baptisée « Scorpion », qui avait abouti à l'interpellation de plus de vingt de ses proches pour des détournements présumés de fonds publics notamment. Le remaniement de lundi a achevé la mission en purgeant le cabinet de ses derniers alliés. Mardi matin, la police gabonaise a également arrêté deux anciens ministres (...)

Lire la suite sur LePoint.fr

Élections - Gabon : ce que cache le « raz-de-marée » en faveur du pouvoir
Gabon : cinquante et un ans sous les Bongo
Jean-Hervé Lorenzi : « Le maître mot de l'investissement, c'est la sécurité »
Dette : le consensus de Dakar, un tournant pour l'Afrique ?
Recevez la newsletter Le Point.fr