Publicité

Gabon: indemnités et primes en faveur des Forces de défense et de sécurité

Au Gabon, le gouvernement répond aux interrogations suscitées par l’adoption de plusieurs avantages en faveur des militaires. A l’issue du Conseil des ministres de lundi, trois primes ont été accordées.

Les Forces de Défense et de Sécurité (FDS) vont recevoir une « indemnité du coup de la liberté » suite au putsch du 30 août. Il est prévu également une prime de valorisation des diplômes militaires et une autre sur la performance des FDS aux frontières. Soupçonné de favoritisme, le gouvernement dément.

Il n’y a pas de volonté d’acheter les militaires. Laurence Ndong, porte-parole du gouvernement, est claire et rappelle que parmi ses premières décisions, le nouveau régime avait accordé 1 200 postes aux enseignants et plus d’un millier pour la Santé.

Laurence Ndong estime ainsi qu’une prime pour le coup d’État se justifie : « Elle est méritée. Les militaires ont risqué leur vie le 30 août. Aujourd’hui, nous célébrons tous la libération, mais si cela n’avait pas été, certains d’entre eux auraient été certainement fusillés. La prime, c’est 50 000 francs CFA – 72 euros – par mois pour délivrer, libérer un pays qui est en proie à une dictature. On peut quand même reconnaitre que c’est peanuts ».

Les deux autres primes ne dépassent pas non plus 50 000 francs. Sur les affectations à la frontière, elle rappelle que dans d’autres pays, les militaires en opérations spéciales ou à l’étranger, reçoivent un salaire plus élevé. Quant à la prime aux diplômes, il s’agit d’une incitation à se former… Pas de volonté d’amadouer les troupes avant une hypothétique candidature du général Oligui Nguema aux élections.


Lire la suite sur RFI