Gabon: le gouvernement veut garder ses bacheliers plutôt que de les envoyer à l'étranger

Au Gabon, 22 000 élèves ont obtenu, cette année, leur baccalauréat, soit 2 000 admis de plus que l’année dernière. Dans quelles universités et écoles supérieures vont entrer ces nouveaux bacheliers ? La question est posée aux autorités, car les capacités d’accueil des universités gabonaises sont faibles.

Avec notre correspondant à Libreville, Yves-Laurent Goma

Dans un passé récent, le gouvernement a massivement envoyé les jeunes Gabonais apprendre à l’étranger, mais la facture est trop lourde. Conséquence, les militaires au pouvoir gardent la majorité des étudiants à la maison. Le ministre de l’Enseignement supérieur, Hervé Ndoume Essingone, l’a dit, samedi 6 juillet, lors d’une conférence de presse.

Le professeur Hervé Ndoume Essingone n’opte plus pour l’envoi tous azimuts des bacheliers gabonais à l’étranger. L’État a pris des dispositions pour inscrire, dans les établissements du pays, tous les nouveaux bacheliers, a-t-il annoncé.

« Les 22 000 bacheliers, nous allons pouvoir les accueillir aussi bien dans les établissements publics à hauteur de 16 000 et, pour le reste, dans nos meilleurs établissements d'enseignement privé », a précisé le ministre.

Hervé Ndoume Essingone a reconnu que les universités et grandes écoles gabonaises ne sont pas attractives. Programmes désuets, années académiques interminables, effectifs pléthoriques, grèves à répétition… Bref, ce triste tableau sera, dans quelques années, un lointain souvenir, a assuré le ministre convaincu, par ailleurs, que le Gabon sera bientôt une nouvelle destination universitaire pour les étudiants africains.


Lire la suite sur RFI