Gabon: confusion autour de la défense de l'ancien directeur de cabinet d'Ali Bongo

Au Gabon, l’imbroglio se poursuit autour du procès de Brice Laccruche. L’ancien directeur de cabinet de l’ex-président Ali Bongo est jugé devant la Cour criminelle spéciale pour détournement de fonds publics et blanchiment au sujet de prestations comptables à la présidence. Or ses cinq avocats ont décidé de boycotter les audiences qu’ils jugeaient déséquilibrées et partiales. Le juge a donc demandé qu’on nomme un avocat commis d’office pour remplacer l’un d’entre eux, créant la confusion autour de ce procès.

La prochaine audience est prévue pour le 12 juin, le temps presse. Le président de la cour avait demandé qu’un avocat commis d’office remplace Me Anges Kevin Nzigou après le boycott des audiences. « Normalement, dans ce cas de figure, on se réunit avec les magistrats pour trouver une solution. Mais là, on ne m’a donné aucune explication. Peut-être parce que je défends Brice Laccruche depuis toujours, peut-être parce que je ne me laisse pas intimider », s’interroge Me Nzigou.

En tout cas, ce dernier craint la nomination d’un confrère jeune et inexpérimenté dans un dossier de plusieurs centaines de pages et politiquement sensible. « Si on en nomme un, cela confirmera que nous sommes dans une parodie de justice. En tout cas, mes confrères seront solidaires et mon client gardera le silence », avertit l’avocat.

« Tout se fera conformément à la loi »

Une rencontre avec Me Nzigou est d’ailleurs prévue ce vendredi 7 juin pour tenter d’y voir plus clair.


Lire la suite sur RFI