G7 virtuel, évacuations... En Afghanistan, les Occidentaux cherchent à gagner du temps

·1 min de lecture

Un G7 virtuel mardi. Les pays du G7 (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Italie, Japon et Royaume-Uni) se réunissent mardi pour des "discussions urgentes" sur la situation en Afghanistan, selon les mots de Boris Johnson, dont le pays en assure actuellement la présidence. Ce sommet virtuel doit surtout être l'occasion de plaider auprès des Etats-Unis pour un allongement de leur présence à Kaboul après le 31 août, un prérequis indispensable pour poursuivre les évacuations d'Afghans. "Il nous faut le temps d'accomplir ce devoir, il se compte en jours ou en semaines", a relevé le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, dans le JDD. Lundi, il a jugé "nécessaire" un "délai supplémentaire".

Lire aussi - RECIT. Afghanistan, la semaine où tout a basculé : carnet de bord d'un journaliste resté à Kaboul

Biden évoque la possibilité d'un délai. De son côté, le président américain Joe Biden a évoqué ce week-end la possibilité de prolonger au-delà du 31 août la présence américaine à l'aéroport de Kaboul. "Il y a des discussions en cours entre nous et l'armée au sujet de la prolongation. Nous espérons ne pas avoir à prolonger, mais il y aura des discussions, je suppose, sur l'état d'avancement du processus" d'évacuation, a-t-il fait savoir. Depuis le 14 août, les Etats-Unis ont évacué plus de 25.000 personnes. Le pays, qui a réquisitionné les avions de plusieurs compagnies aériennes privées, espère exfiltrer jusqu'à 15.000 Américains mais aussi 50.000 à 60.000 Afghans et le...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles