G7 : 4 questions sur l'accord pour un impôt harmonisé des grandes multinationales

·1 min de lecture

C'est une grande première que viennent d'accomplir les membres du G7 en se mettant d'accord pour taxer les grosses entreprises internationales, avec un impôt d'au moins 15%. Du côté de Bercy, on se dit satisfait, tout en précisant que ce taux pourrait encore évoluer. Dans l'entourage du ministre de l'Economie, on salue "un bon début". "Pour la première fois depuis des années, les Etats membres du G7 sont capables de définir des règles pour le système international du XXIe siècle", s’est félicité Bruno Le Maire dans une vidéo postée sur son compte Twitter. "C'est un accord ambitieux. C'est un accord dont la France peut être fière après quatre ans de combat. La France a eu gain de cause. Ça doit nous remplir de fierté", a-t-il souligné.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Pourquoi est-ce un accord "historique" ? 

"La communauté internationale est en train de réussir quelque chose que l’Union européenne n’a pas réussi. Cette idée d’homogénéiser la fiscalité des entreprises à l’intérieur de l’UE est une nécessité dont on a conscience depuis longtemps, mais nous n'avons jamais réussi à trouver d’accord", décrypte auprès d'Europe 1 l'économiste Nicolas Bouzou, qui pointe "la force d’impulsion relativement importante" des Etats-Unis dans ce...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles