G5 Sahel : Macron reste chef de guerre

·1 min de lecture

En s'adressant ce 16 février au sommet du G5 Sahel de N'Djamena, Emmanuel Macron a insisté sur le renforcement de la lutte contre les groupes djihadistes dans la région. S'il voudrait apparaître comme l'artisan d'une solution politique au Sahel, pour l'heure, la partie ne semble pas bien engagée...

On ne change pas une équipe qui gagne. Si le sujet n'était si grave et lourd de conséquences à tous niveaux, on pourrait appliquer cette classique formule sportive aux déclarations tenues en visioconférence par Emmanuel Macron lors d'un nouveau sommet du G5 Sahel qui s'achève ce 16 février à N'Djamena, la capitale tchadienne. " Nous avons réussi à obtenir de véritables résultats dans la zone des trois frontières (entre le Mali, le Niger et le Burkina Faso) " et l'EIGS (État islamique dans le Grand Sahara) a perdu son emprise et subit de nombreuses pertes. " Ce n'est pas faux. Outre la mise hors d'état de nuire d'Abdelmadek Droukdel, fondateur d'Aqmi (Al-Qaida au Maghreb islamique) le 3 juin 2020 et du Malien Bah ag Moussa, chef militaire de la branche sahélienne d'Al-Qaïda, les forces françaises ont éliminé des dizaines de djihadistes. Mais aussi incontestables soient-elles, il s'agit là de victoires en trompe l'oeil, réconfortantes mais pas décisives.Dans le même temps, les deux grandes franchises du djihadisme étendent leurs réseaux, continuent de recruter et multiplient les attaques, quelquefois audacieuses, contre les armées maliennes ou nigériennes, voir même...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République

"Liberté-Egalité-Fraternité-Laïcité, voilà le combat !" : rendez-vous le 20 septembre place de la République

20 septembre 1792, bataille de Valmy : naissance de la souveraineté du peuple, de la nation, ou des deux ?