Le G20 va devoir convaincre sur le climat, sans la présence de la Chine et de la Russie

·1 min de lecture

Les dirigeants du G20 sont réunis à Rome depuis ce samedi. Après la traditionnelle photo de famille, cette année avec des soignants au milieu des chefs d'État, et cet épisode de réconciliation entre Joe Biden et Emmanuel Macron après la crise des sous-marins australiens, place aux nombreux sujets de discussion mais sans la Russie et la Chine qui participeront par visioconférence. Sur la table : la lutte contre le Covid-19, la relance économique mondiale mais aussi le climat, un jour avant le début de la COP26 à Glasgow en Ecosse.

Le changement climatique au cœur des débats

Deux sommets d'ampleur mondiale vont avoir lieu en même temps, en Italie et en Écosse. À l'ouverture du G20 à Rome, le président chinois Xi Jinping et son homologue russe Vladimir Poutine manquent à l'appel. Une absence qui interroge puisque le sommet rassemble les gouvernements des vingt économies les plus puissantes et donc les plus polluantes. Les États-Unis, l'Union européenne mais aussi la Chine et la Russie représentent la plus grosse partie des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

À Glasgow, la COP26 débutera ce dimanche. Au cœur des échanges de ces deux sommets : la cause climatique. L'Italie, qui préside le G20, évoque un engagement de tous les membres pour limiter la hausse des températures à 1,5 degré. 

>> À LIRE AUSSIÀ Glasgow, la COP26 va s'ouvrir dans une ambiance morose à cause de la Chine

Autre sujet phare : le coronavirus 

Les dirigeants qui ont fait le déplacement veulent se...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles