G20 : les dirigeants font pression sur la Russie pour mettre fin à la guerre avec l’Ukraine

© Jacques Witt/SIPA

Le G20 a débuté dans la nuit de lundi à mardi en Indonésie. C’est le plus important rassemblement de dirigeants mondiaux depuis le début de la pandémie. Pourtant l’un d’entre eux manque à l’appel : le président russe, Vladimir Poutine. Selon le porte-parole du gouvernement russe, Dmitri Peskov, son absence est liée « à son agenda et à la nécessité qu’il se trouve en Russie ». Mais l’invasion russe en Ukraine est pourtant sur toutes les lèvres. Malgré les divisions entre les pays face à l'invasion de l’Ukraine, ils appellent la Russie à mettre fin à la guerre.

Hôte de l'événement, le président indonésien Joko Widodo a demandé dans son discours d'ouverture de « mettre fin à la guerre » : « Nous ne devons pas diviser le monde en plusieurs camps. Nous ne devons pas laisser le monde basculer dans une nouvelle Guerre froide ». Les 20 membres de ce club créé à l'origine pour gérer les questions économiques se sont mis d'accord sur un projet de communiqué consulté par l’AFP. Mais il est pourtant jugé peu probable d’aboutir vu les lignes de fracture entre les participants et l'accord nécessaire de Moscou.

Les répercussions négatives de la guerre

Ce document n’est pas encore adopté, puisqu’il s’agit simplement d’un projet de communiqué. Mais il constate les répercussions négatives de la « guerre en Ukraine » et reprend le terme de « guerre » rejeté pour l'instant par Moscou, qui évoque de son côté une « opération militaire spéciale ». Il précise que « la plupart des membres »« conda...


Lire la suite sur LeJDD