Comment gérer les troubles du comportement alimentaire en confinement ?

·1 min de lecture

Les troubles du comportement alimentaire (TCA) représentent la deuxième cause de mortalité chez les 14-24 ans, après les accidents de la route. Parmi eux, l'anorexie, la boulimie et l'hyperphagie restent les pathologies les plus démocratisées.

La période de confinement n'est pas sans conséquence. Lorsqu'ils sont en période de jeûne ou de consommation excessive d'aliments, les individus victimes de TCA doivent supporter un stress important lié à l'isolement, accompagné d'une perte totale de contrôle alors même que les réfrigérateurs et les placards sont remplis et à disposition. "Le confinement provoque un changement de cadre et d'habitudes de vie qui vient bouleverser les repères du quotidien, c'est une situation à risque de décompensation des pathologies psychiatriques, remarque le Dr Louis Carrier, médecin psychiatre sur le pôle TCA de la clinique Saint Vincent de Paul à Bron (Métropole de Lyon, Rhône). La restriction des libertés, des loisirs, des interactions sociales, l'absence d'activité physique, le risque de contamination des proches, l'ennui, l'isolement ou les tensions intra familiales sont des facteurs de stress psychique qui peuvent faire rechuter ou basculer dans un trouble du comportement alimentaire."

Des pertes de poids de 10 à 30 kg en 6 mois

Justine, auxiliaire de puériculture en crèche, est une jeune femme de 27 ans. Elle lutte contre l'anorexie depuis dix ans. Avant mars dernier, elle parvenait à gérer sa vie sur les plans professionnels (...)

Lire la suite sur Topsante.com

Premier cas de grippe aviaire en Haute-Corse
Covid-19 : l'immunité dure au moins 6 mois
Gels hydroalcooliques : certains sont dangereux, alerte la répression des fraudes
Comment savoir si votre gel hydroalcoolique est efficace ?
Covid-19 : pourquoi les morgues débordent en Russie ?