Gérer sa contraception durant une expatriation

Encore trop souvent de la seule responsabilité des femmes, la contraception fait partie du voyage lors d’un départ en expatriation. Il faut prévoir sur le long terme, choisir la méthode la plus adaptée au séjour, se renseigner sur les pratiques répandues dans le pays de destination… Il n’est pas évident de s’y retrouver parmi tous les autres soucis que suscite un départ en expatriation.

Quelles sont les pratiques à l’étranger ?

En France, c’est encore la pilule qui est majoritairement utilisée, mais les habitudes (et les méthodes autorisées) ne sont pas les mêmes partout dans le monde. Selon le rapport 2021 des Nations unies sur les moyens de contraception les plus utilisés dans le monde, on remarque qu’au Japon, par exemple, le préservatif masculin est majoritairement utilisé. En Suisse, au contraire, c’est le stérilet qui est le moyen le plus répandu.

Le maître-mot : anticiper

  • Quelques mois avant votre départ, pensez à prendre rendez-vous chez votre médecin, gynécologue ou sage-femme. Il ou elle pourra vous guider sur la méthode de contraception à adopter si vous n’en aviez pas ou si vous devez en changer. Vous aurez ainsi le temps de la tester, d’en mesurer les effets secondaires et, éventuellement, d’en changer.

  • Si vous prenez la pilule, il est important d’anticiper pour prévoir le stock nécessaire. En effet, votre pilule n’existera peut-être pas dans votre pays d’expatriation. Et si vous connaissez la durée de votre séjour, il peut être intéressant de prévoir le nombre de boîtes qu’il vous faudra et de les commander dans une pharmacie française. En pharmacie, vous ne pouvez normalement pas obtenir plus d’un mois de prescription en une fois. Il faudra donc demander une dérogation, précise Améli, le site de l’Assurance maladie : sollicitez d’abord l’accord de votre médecin, qui devra stipuler sur ordonnance la possibilité de vous délivrer le traitement en une seule fois dans le cadre d’un séjour à l’étranger, puis faites une demande auprès de votre caisse d’assurance maladie en lui adressant la prescription, l’accord du médecin et une attestation sur l’honneur. Attention cependant : cette dérogation ne pourra excéder une durée de six mois.

  • Pensez à vérifier les restrictions liées aux médicaments lors de votre vol. Il faut transporter vos médicaments avec leur emballage d’origine incluant la notice afin d’éviter toute confusion, précise le ministère des Affaires étrangères, et répartir vos boîtes de pilules entre votre bagage à main et votre valise pour éviter d’en manquer en cas de perte ou de vol d’un de vos bagages. Pour un passage aux douanes, il faut également voyager avec l’ordonnance.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles