Gérard Louvin et Daniel Moyne accusés de viols : le producteur s'en prend à sa soeur

·1 min de lecture

Une affaire qui prend de l'ampleur. Le 9 février, quatre nouvelles plaintes ont été déposées contre Gérard Louvin et Daniel Moyne, selon une longue enquête publiée dans Le Monde. Quelques jours plus tôt, Olivier, son neveu avait lui-même accusé le producteur de viols et d’agressions sexuelles. « Olivier, avec ses mains, son corps, raconte comment Daniel, le compagnon de son oncle, lui a imposé des masturbations, et des fellations. Dans ses souvenirs, Olivier avait 10-11 ans, la première fois. C’était le début des années 1980 », raconte le quotidien. Le 8 janvier, il a ainsi porté plainte contre Gérard Louvin et Daniel Moyne pour « viols sur mineur de moins de 15 ans par ascendant », « complicité de viols sur mineur de moins de 15 ans par ascendant » et « corruption de mineurs ». Olivier dit avoir été « victime de nombreux actes d’agression sexuelle qui se sont aggravés jusqu’à l’âge de 14 ans », des « caresses et des masturbations » d’abord avant de connaître des « abus plus graves ».

Les nouvelles accusations dont Gérard Louvin fait l'objet portent sur des faits qui se seraient produits dans les années 1980 et 1990. “Ça me paraît important de raconter à quel point ça peut être violent et à quel point ça peut détruire la vie d'un homme. Pour raconter ça, il y a besoin de rentrer dans certains détails”, a souligné le journaliste du Monde, alors qu'il était invité de l'émission Quotidien le 11 février. Gérard Louvin et Daniel Moyne ont porté plainte pour “chantage”.

Après avoir (...)

Lire la suite sur le site de Voici

Jesta Hillman maman : son coup de gueule au lendemain de son accouchement
VIDEO Roselyne Bachelot prête à démissioner ? Cette question de Patrick Cohen qui l'a dérangée
The Voice 2021 : ce que pense vraiment Pascal Obispo de la prestation de Vianney
Victoires de la musique 2021 : ce que Julien Doré a fait de son trophée après avoir été récompensé
Stars à nu : les téléspectateurs impressionnés par le corps de Nathalie Marquay