Affaire Gérard Louvin : troublé, Florent Pagny sort du silence

·1 min de lecture

Les témoignages s’accumulent contre le couple de Gérard Louvin et Daniel Moyne. Les deux hommes sont soupçonnés de viols sur mineurs après les accusations du neveu du producteur, Olivier A., et de quatre autres personnes qui ont témoigné. En janvier 2021, Olivier A. a porté plainte contre eux pour "viols sur mineur de moins de 15 ans par ascendant", "complicité de viols sur mineur de moins de 15 ans par ascendant" et "corruption de mineurs". Il avait témoigné des sévices qu’il dit avoir subis lorsqu’il était enfant, dès l’âge de 11 ans jusqu’à "17 ou 18 ans", décrivant des scènes d’orgies. Il n’est pas le seul : Gregory C., une autre victime a décrit des scènes semblables, affirmant s’être confiée à Michèle Laroque, qui dément. D’autres personnes auraient été au courant, comme Lio qui avait des soupçons. Elle dit maintenant avoir été blacklistée par les deux hommes. Une nouvelle personne vient de prendre la parole : il s’agit de Florent Pagny, dont la carrière a été lancée par le célèbre producteur, qui a fait quelques confidences troublantes à L'Obs, jeudi 25 mars 2021.

Florent Pagny a croisé la route de Gérard Louvin en 1987 : à l’époque, il enchaînait les petits rôles au cinéma. C’est le producteur de télévision qui a donné sa chance au chanteur et produire son tube N'importe quoi, alors qu’il n'avait encore jamais vraiment misé sur un artiste de chanson française. Ce sera un gros succès, qui va faire décoller sa carrière après être resté huit semaines à la première place du (...)

Lire la suite sur le site de Voici

Affaire Patrick Poivre d'Arvor : l'écrivaine Alessandra Fra dévoile avoir vécu une "expérience traumatisante" avec lui
Affaire Pierre Ménès : c'est officiel, le journaliste est lâché par EA Sports
Christian Quesada : pourquoi l'ancien champion des 12 coups de midi sort-il avant la fin de sa peine ?
Cette semaine dans Voici : un acteur au comble du bonheur
VIDEO Affaire conclue : un candidat, déçu par l’analyse d’un commissaire-priseur, refuse d’entrer en salle des ventes