Gérald Marie, l'homme que les mannequins accusent

·2 min de lecture

Pendant plus de vingt ans, il a été tout-puissant. Directeur de la branche Europe de l’agence Elite jusqu’en 2011, Gérald Marie a lancé et accompagné la carrière des stars de la mode. En septembre 2020, le parquet de Paris ouvrait à son encontre une enquête préliminaire menée par la brigade de protection des mineurs pour « viols et agressions sexuelles ». Quatorze femmes, ex-mannequins, le mettent en cause. Match a recueilli le témoignage de certaines d’entre elles. Et d’anciens collaborateurs osent aujourd’hui prendre la parole. Révélations

Elle livre sa vie d’une voix brave. En 1986, Carré Otis arrive en France. La Californienne a 17 ans, les yeux clairs, des jambes immenses. Le patron de l’agence Elite à Paris souhaite la voir. Gérald Marie, 36 ans, lui promet de grandes choses. « Il m’annonce que je dormirai chez lui, raconte Carré Otis. Pour moi, c’était un privilège. Sa fiancée, Linda Evangelista, habitait là aussi. »

Lire aussi:Enquête pour viols sur mineures visant Gérald Marie, figure des agences de mannequins

L’effroi survient la nuit. Les mots de l’ex-top model dévoilent avec pudeur les intrusions de Gérald Marie dans sa chambre, les viols qu’elle aurait subis. « Ça a duré plusieurs mois », assure-t-elle. Quand elle trouve la force de le repousser, il la chasse. Et les propositions de travail se tarissent. Carré Otis a abandonné la France et Elite mais a persévéré, devenant un des grands mannequins des années 1990, avant d’épouser l’acteur Mickey Rourke. En 2021, elle a porté plainte contre Gérald Marie, à New York, au civil. À Paris, la brigade de protection des mineurs a été chargée d’une enquête préliminaire. Quatorze femmes, dont Otis, ont signalé aux policiers des viols, des tentatives de viol et des agressions sexuelles.

Lire aussi:Affaire Epstein - Ghislaine Maxwell, Jean-Luc Brunel : dans l'ombre du vice

Des faits prescrits que Gérald Marie conteste fermement. Douze autres ont contacté l’avocate Anne-Claire Le Jeune et réfléchissent à se manifester auprès des policiers. La mode connaît son #MeToo et tout un métier se remet en question. Trois des plus grandes top models soutiennent la révolte. Carla Bruni précise n’avoir jamais subi d’agression, mais elle croit la parole de celles avec qui elle a parfois défilé. L’ex-première dame(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles