Gérald Darmanin répond aux critiques sur les incendies

Gérald Darmanin répond aux critiques sur la gestion des incendies (Photo: LCP)
Gérald Darmanin répond aux critiques sur la gestion des incendies (Photo: LCP)

Gérald Darmanin répond aux critiques sur la gestion des incendies (Photo: LCP)

POLITIQUE - L’ambiance à l’Assemblée nationale a vite chauffé ce mardi 19 juillet lors des questions au gouvernement. D’emblée, les députés ont évoqué les violents incendies qui font rage sur le territoire, interpellant le gouvernement sur sa gestion. Le ministre de l’Intérieur a répondu aux critiques, appelant les élus à ne pas “chercher des polémiques qui n’ont pas lieu d’être”.

C’est le député LFI du Gard, Michel Sala, qui a lancé le sujet, alors que 650 hectares ont brûlé dans son département début juillet. “Le dérèglement climatique est là et la réponse du gouvernement français n’est pas à la hauteur. (...) Les moyens manquent aujourd’hui (aux sapeurs-pompiers, NDLR) pour assurer leur mission de protection civile”, a-t-il dénoncé.

Une affirmation que Gérald Darmanin a fermement démentie. “Je veux dire que tout ne peut pas être objet de polémique”, a lancé à trois reprises le locataire de Beauvau. Remerciant les sapeurs-pompiers et militaires qui luttent dans “des conditions extrêmement difficiles”, il a souligné qu’il n’y avait à ce stade “aucun décès, ni chez les pompiers, ni chez les 45.000 personnes déplacées”.

“Encourageons plutôt les sapeurs-pompiers, réjouissons-nous qu’il n’y ait pas de mort, réjouissons-nous que nous puissions aujourd’hui, avec la sécurité civile, déplacer des personnes, sauver des animaux et des entreprises, plutôt que de chercher ici des polémiques qui n’ont pas lieu d’être”, a répliqué le ministre.

Bataille de chiffres

La question des moyens et des forces des membres de la sécurité civile est au cœur des critiques. Le matin même sur France 2, le député du Nord, Fabien Roussel, évoquait un manque d’appareils mais aussi de personnels.

Son collègue Michel Sala a, lui, dénoncé une “régression”, aussi bien sur l’équipement que sur le recrutement. Il a évoqué “19 avions” dont 9 Canadairs “en capacité de voler le 14 juillet 2019”, un chiffre qui serait désormais en baisse, ainsi qu’une suppression de “17% des effectifs” depuis 2017. “Il faut que cela cesse. La flotte d’avions anti-feux est un service public indispensable à qui vous devez donner des moyens nouveaux. Quelles flottes envisagez-vous contre les incendies? Quels moyens humains?”, interroge le député du Gard.

Là encore, Gérald Darmanin balaye les reproches. “Il n’y a pas 9 Canadairs comme vous l’avez évoqué. Il y a 21 avions et 35 hélicoptères. Nous avons la plus grande flotte européenne de lutte contre le feu”, assure le ministre de l’Intérieur, vantant l’augmentation de “44% du budget de la sécurité civile en cinq ans.”

Selon le ministre de la Transition écologiste Christophe Béchu, 27.000 hectares de forêt ont brûlé depuis le début des incendies cet été.

À voir également sur Le HuffPost: À cause des incendies en Gironde, Bordeaux se réveille dans le brouillard

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles