Gérald Darmanin répond à Sandrine Rousseau et menace de divulguer des échanges privés

·3 min de lecture
Gérald Darmanin et Sandrine Rousseau. - AFP
Gérald Darmanin et Sandrine Rousseau. - AFP

Passe d'armes par micros interposés. Trois jours après le premier débat de la primaire écologiste, organisé dimanche par France Inter, France Info et Le Monde, Gérald Darmanin a réglé ses comptes ce mercredi sur les ondes de France Inter avec la candidate Sandrine Rousseau et menacé de divulguer certains de leurs échanges privés.

"Elle fait rire à ses dépens. (...) Mme Rousseau n'avait pas la même vision de ma personne lorsqu'elle est venue me demander d'être nommée directrice de l'IRA (Institut régionaux d'administration, NDLR) de Lille lorsque j'étais ministre de la Fonction publique", a-t-il lâché.

"Si elle le souhaite, on peut publier les demandes de rendez-vous et les demandes de nomination. Elle était très vexée que je ne la choisisse pas et quand je vois ses déclarations publiques, j'ai bien eu raison de ne pas proposer sa nomination pour former les nouveaux fonctionnaires. (...) Mme Rousseau se caricature elle-même", a-t-il cinglé.

Darmanin à Beauvau, une "humiliation" pour Rousseau

Dimanche en ouverture du débat, Sandrine Rousseau avait notamment fondé les motivations de sa candidature à la primaire écologiste sur "l'humiliation" qu'elle a ressentie lorsque Gérald Darmanin a été nommé place Beauvau.

"Si je me présente à cette primaire pour la présidentielle, c'est pour une raison assez simple. (...) C'est en fait que mon humiliation a des limites, et cette humiliation, ça a été quand Emmanuel Macron, le président de la République, a balayé d'un revers de main le mouvement de milliers de femmes, dont je faisais partie, qui luttait contre les violences sexistes en nommant à la tête de la police un ministre lui-même accusé de viol", avait argué l'ancienne secrétaire nationale adjointe d'Europe Écologie - Les Verts (EELV).

Sandrine Rousseau, figure du mouvement #MeToo en France, fait partie des femmes qui avaient accusé l'ancien député écologiste Denis Baupin d'agressions et harcèlement sexuels. L'ex-parlementaire, qui avait porté plainte contre elle ainsi que d'autres femmes pour diffamation, a été condamné en 2019 pour procédure abusive.

Nommé en juillet 2020 au ministère de l'Intérieur, Gérald Darmanin occupait depuis 2017 les fonctions de ministre de l'Action et des Comptes publics. Son arrivée place Beauvau avait suscité une levée de boucliers du fait des accusations de viol pesant sur lui.

Si une première plainte à son encontre avait été classée sans suite, une information judiciaire pour viol dans le cadre d'une seconde affaire a été ouverte en 2020, relançant une plainte plus ancienne. Une confrontation entre le ministre et la plaignante a eu lieu en mars dernier. Gérald Darmanin est dans ce cadre placé sous le statut de témoin assisté depuis décembre 2020, à mi-chemin entre le statut de simple témoin et une mise en examen.

Des écologistes fustigent l'attitude de Darmanin

Ce mercredi, après l'interview de Gérald Darmanin sur France Inter, Sandrine Rousseau a reçu des soutiens issus des rangs écologistes. L'un de ses adversaires à la primaire, le maire de Grenoble Éric Piolle, a dénoncé sur Twitter des "procédés honteux".

"La divulgation de correspondances privées par une personne dépositaire de l'autorité publique est passible de 3 ans de prison et 45.000 euros d'amende", a-t-il pointé.

"Ce qui survient autour de la campagne de Sandrine Rousseau est d'une violence inouïe", a estimé pour sa part la militante féministe Alice Coffin, conseillère écologiste de Paris et proche de la candidate à la primaire. "Sandrine Rousseau sert de révélateur. Il y a un besoin absolu que sa voix soit présente pendant cette présidentielle qui s'annonce si dure. Ce courage-là, ce discours-là ne seront sinon pas incarnés."

À l'heure de la publication de cet article, Sandrine Rousseau n'avait pas publiquement réagi aux déclarations du ministre de l'Intérieur à son endroit.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles