Pour Gérald Darmanin, "nous sommes en guerre contre l'idéologie islamiste"

Clément Boutin
·2 min de lecture

Le ministre de l'Intérieur, invité ce vendredi matin de RTL, a affirmé que la menace terroriste en France est "très élevée" et que le pays est "en guerre" contre "l'idéologie islamiste".

Au lendemain de l'attaque au couteau survenue dans la basilique Notre-Dame de Nice, qui a fait trois morts, Gérald Darmanin a tenu à avoir des mots forts, ce vendredi, pour qualifier la menace à laquelle la France fait face, assurant sur RTL que le pays est "en guerre" contre "l'idéologie islamiste".

"Nous sommes en guerre, face à un ennemi qui est à la fois un ennemi intérieur et extérieur. Nous ne sommes pas en guerre contre une religion mais contre une idéologie. L'idéologie islamiste veut imposer ses codes culturels, sa façon de vivre, de gérer les émotions, par la terreur, ils l'ont fait dans plusieurs pays", a-t-il affirmé à la radio.

"Quand on est en guerre on doit comprendre, malheureusement, qu'il y a eu et qu'il y aura d'autres faits comme ces attentats absolument ignobles", a-t-il ajouté.

>> EN DIRECT - Attentat de Nice: au lendemain de l'attaque, Macron réunit un Conseil de défense

Une menace "très élevée"

Le ministre de l'Intérieur a souligné que la menace en France "est très élevée", étant donné que "trois attentats de suite en trois semaines" ont eu lieu, ce qui "n'était pas arrivé depuis 2015".

"Nous sommes particulièrement visés en ce moment du fait notamment des appels à la haine extrêmement forts de pays étrangers ou de dirigeants de pays étrangers. Je pense aux propos scandaleux de Recep Tayyip Erdogan et de certains de ses ministres. J'ai lu avec effarement les propos d'un ancien Premier ministre malaisien", a ajouté Gérald Darmanin.

Le locataire de Beauvau fait référence à une série de tweets dans lesquels Mahathir Mohamad, l'ancien Premier ministre de la Malaisie, estimait que les musulmans avaient "le droit d'être en colère et de tuer des millions de Français en raison de leurs massacres du passé".

Pour Gérald Darmanin, "ce qui gêne sans doute c'est la liberté qu’offre la France à tous ceux qui veulent être protégés par notre pays".

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu pourrait également vous intéresser :