Gérald Darmanin espère convaincre les électeurs de l'extrême droite

·2 min de lecture

A plusieurs reprises ces derniers jours, le ministre de l'Intérieur a adressé des messages très directs aux électeurs du Rassemblement national.

En glissant, jeudi dernier sur France 2, qu'il trouvait Marine Le Pen «molle», Gérald Darmanin a suscité le trouble jusque dans la majorité. Plusieurs figures de la République en marche ont réagi aux propos du ministre de l'Intérieur en les reformulant ou en traduisant ses supposées intentions, loin de toute «connivence» avec la présidente du Rassemblement national, par exemple selon le député LREM Christophe Castaner. Il est toutefois clair que l'ancien sarkozyste a bien l'intention de s'adresser directement à l'extrême droite pour rallier une partie de ses électeurs.

Le jour même de son débat télévisé, il accordait un long entretien à «Valeurs Actuelles», où il a été soumis à des questions sur le «défi de l'islam», dont cette interrogation : «Peut-on vivre ensemble si on ne s’habille pas de la même manière, si on ne mange pas de la même manière, si on ne s’appelle pas de la même manière, et que ces distinctions sautent aux yeux?» «Pris séparément, rien n’est grave. Ce n’est pas grave de manger halal ou de ne pas faire de mariage mixte. Ce qui est grave, c’est quand l’ensemble de votre vie est régi par votre "communauté"», a répondu Gérald Darmanin. Avant lui, le président Emmanuel Macron ou la ministre déléguée en charge de la Citoyenneté, Marlène Schiappa, avaient accepté de répondre à l'hebdomadaire. «Il faut parler avec tout le monde (...) Les gens qui lisent "Valeurs Actuelles" ont le droit de savoir ce que fait le gouvernement», avait justifié celle-ci en août dernier sur France Inter, après une polémique sur un texte et des illustrations caricaturant une députée de la France insoumise en esclave.

Sur RTL, mardi matin, Gérald Darmanin a de nouveau assumé sa tactique. «Moi je souhaite que les(...)


Lire la suite sur Paris Match