"Sécurité globale" et violences policières : ce qu'il faut retenir de l'audition de Gérald Darmanin devant les députés

franceinfo avec AFP
·1 min de lecture

Son audition a duré plus de deux heures et demi. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a été longuement entendu par les députés de la commission des lois de l'Assemblée nationale, lundi 30 novembre, après dix jours entachés par des violences policières et des manifestations contre la proposition de loi "sécurité globale". Son audition visait à faire le point "sur les conditions dans lesquelles les forces de l'ordre ont eu recours à la force lors de différents événements survenus à Paris depuis la manifestation du 17 novembre 2020". S'il a dénoncé les "actes inqualifiables" de certains policiers, il a réaffirmé son soutien aux forces de l'ordre et au préfet de police de Paris, Didier Lallement.

Il faut "donner à la police de la République, à la gendarmerie nationale, les moyens de l'exemplarité qu'on exige d'eux", a déclaré le ministre lors de cette audition, avant d'énumérer selon lui les "sept péchés capitaux" qui pèsent sur les forces de l'ordre. Passage en revue de ses principales déclarations.

"Une vidéo ignoble" et des "actes inqualifiables"

"Ceux qui doivent être sanctionnés n'ont rien à faire dans la police nationale, a-t-il réagi au sujet de l'affaire Michel Zecler. Des actes inqualifiables ont été commis par ceux qui portent (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi