Géorgie: Salomé Zourabichvili, clé du mouvement de protestation selon les manifestants

En Géorgie, après que le Parlement a outrepassé ce mardi 28 mai le veto de la présidente Salomé Zourabichvili, les manifestants tentent d’imaginer comment poursuivre leur mouvement. Leur espoir se reporte en partie sur la très importante élection parlementaire de l’automne prochain, mais aussi possiblement sur un référendum sur l’Europe que la présidente Zourabichvili a proposé d’organiser.

Avec notre correspondant à Tbilissi, Régis Genté

En Géorgie, alors que le texte est considéré par ses opposants comme une « loi russe » liberticide, le mouvement, qui dure depuis près de deux mois et a voulu rester pacifique de bout en bout et dans le cadre de la loi, imagine la suite.

La présidente Zourabichvili est désormais perçue par beaucoup d’opposants à la loi sur les « agents de l’étranger » comme une personne clé pour l’avenir du mouvement de protestation. Elle a d’abord proposé aux partis de l’opposition une « charte géorgienne », une plateforme des forces pro-européennes appelée à défier la majorité parlementaire lors des élections parlementaires de l’automne prochain. Cette offre a été acceptée tant par les partis d’oppositions que par la société civile, même s’il reste encore beaucoup à définir en termes de stratégie d’ici octobre.

Une prise de parole surprise


Lire la suite sur RFI