Géorgie: le retour de Saakachvili ajoute de la confusion à une situation tendue pour Jean Radvanyi (Inalco)

·1 min de lecture

L’ex-président Mikheïl Saakachvili, condamné par contumace à neuf ans de prison, est rentré en Géorgie pour mobiliser l’électorat avant les élections municipales, vues comme un référendum pour ou contre le gouvernement. Il a été arrêté dès son retour. Décryptage avec Jean Radvanyi de l'Inalco.

Celui qui avait mené la très pro-occidentale « Révolution des roses » en 2003 était visé par plusieurs mandats d'arrêt lancés par le parti au pouvoir, le « Rêve géorgien », de l’oligarque Bidzina Ivanichvili, son ennemi juré. En exil depuis huit ans, Mikhail Saakachvili a été arrêté ce vendredi en Géorgie.

Selon Jean Radvanyi, spécialiste du Caucase à l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco) joint par Carlotta Morteo du service international, Mikheïl Saakachvili cherche visiblement à provoquer le chaos: « Il avait annoncé début septembre qu’il voulait rentrer, quelles que soient les mesures prises par le gouvernement géorgien, donc ce n’est pas inattendu. Il avait ensuite publié une photographie d’un billet d’avion, où il était censé arriver le 2 octobre, c’est-à-dire le jour des élections municipales. Et en fait, il est venu en catimini quelques jours avant, ce qui n’a pas empêché les autorités de l’arrêter. »

Une provocation délibérée de Saakachvili

Pour ce spécialiste du Caucase, le retour de Saakachvili est une « provocation délibérée » : « Il n’y a qu’à voir d’ailleurs son visage hilare, avec les menottes aux mains. »

L’ex-président géorgien a été placé en détention à Roustavi, qui est à une vingtaine de kilomètres de Tbilissi. Est-ce que ses partisans vont se déplacer à Roustavi ? Est-ce qu’ils vont manifester, comme ils l’ont fait souvent dans le centre de Tbilissi ? Il y a beaucoup d’incertitudes et cette action spectaculaire, visiblement, veut créer une « situation de chaos et mettre en péril le gouvernement actuel » d'après Jean Radvanyi.

Quid des élections municipales ?

Quel impact peut avoir cette arrestation sur les élections municipales qui s'ouvrent ce samedi et qui ont valeur de référendum «pour ou contre le gouvernement» ?

« C’est difficile à dire, parce qu’en réalité, Mikheïl Saakachvili a laissé un héritage assez contradictoire en Géorgie. À la fois, on avait noté, au départ de son gouvernement, des réformes plutôt bien accueillies dans la mesure où il avait lutté contre une certaine corruption. Il avait introduit des réformes importantes et ensuite une dérive autoritaire, si bien qu’il y a quand même une bonne partie de la population qui trouve extravagantes ses prétentions à gouverner de nouveau le pays », explique Jean Radvanyi.

Depuis plusieurs années, aux élections, son parti n’arrive pas à remporter la majorité. Il est difficile de prévoir la suite des événements car « la situation économique géorgienne n’est pas très bonne. Il y a beaucoup de critiques sur le gouvernement actuel, une incapacité, au fond, à résoudre le problème de beaucoup de Géorgiens. Donc c’est une situation très tendue dans le pays, analyse ce spécialiste du Caucase à l’Inalco. Mikheïl Saakachvili a fait ce coup médiatique pour ajouter encore un peu de tension et de chaos dans une situation qui en est déjà bien pourvue. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles