Géorgie : le président du Parlement signe la loi sur l'"influence étrangère", qui entre en vigueur

Chalva Papouachvili a annoncé lundi avoir signé la loi sur l'"influence étrangère", qui suscite des manifestations depuis plusieurs semaines. Cette loi, inspirée d'une mesure répressive russe, impose de lourdes contraintes administratives aux ONG et médias recevant au moins 20 % de leur financement de l'étranger.

Le président du Parlement géorgien, Chalva Papouachvili, a indiqué, lundi 3 juin, avoir signé la loi sur l'"influence étrangère" qui a suscité des manifestations monstres, lui permettant d'entrer en vigueur.

"J'ai signé aujourd'hui la loi sur la transparence de l'influence étrangère, dont le but principal est de renforcer la solidité des systèmes sociaux, économiques et politiques géorgiens", a-t-il déclaré dans un communiqué.

La loi, inspirée d'une mesure répressive russe, impose de lourdes contraintes administratives aux ONG et médias recevant au moins 20 % de leur financement de l'étranger. Elle a été adoptée définitivement par le Parlement le 28 mai.

Les députés du parti au pouvoir, le Rêve géorgien, majoritaires dans l'hémicycle, avaient alors contourné le veto de la présidente pro-occidentale Salomé Zourabichvili.

À voir aussiGéorgie : la loi sur "l’influence étrangère", une arme pro-russe ?

Avec AFP


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
En Géorgie, près de 200 ONG défient la loi sur l'"influence étrangère"
Géorgie : le Parlement contourne le veto présidentiel et adopte la loi sur l'"influence étrangère"
En Géorgie, la présidente Salomé Zourabichvili met son veto à la "loi russe" décriée