Géorgie: Nika Melia, le chef du principal parti d’opposition violemment arrêté

·2 min de lecture

La police géorgienne a arrêté ce mardi 23 février, au matin le chef du principal parti d’opposition, Nika Melia. Celui-ci est accusé de ne pas avoir payé une caution dans une affaire qui porte à l’origine, en juin 2019, sur une tentative d’entrée de force dans le Parlement. Cette tentative se voulait alors un signe de protestation contre le fait que le pouvoir en place avait laissé un député russe s’asseoir sur le fauteuil du Président du Parlement, dans le cadre d’une commission interparlementaire.

De notre correspondant à Tbilissi, Régis Genté

L’arrestation de Nika Melia fait craindre à beaucoup en Géorgie que l’opposition disparaisse et que le pouvoir, contrôlé par le l’oligarque Bidzina Ivanichvili, ne conduise ouvertement une politique prorusse.

►À lire aussi: Géorgie: démission du Premier ministre suite à la mise en détention de l'opposant Nika Melia

C’est au petit matin que les forces de police ont investi le siège du Mouvement national uni, le principal parti d’opposition, pro-occidental, de la Géorgie. Des centaines de policiers ont entouré le bâtiment, forcé les portes, tandis que d’autres munis d’échelles de pompiers s’y infiltraient par le toit.

Vers 9 heures, Nika Melia était aux mains des policiers, lesquels ont dû forcer la porte de son bureau, barrée à l’aide de tables par quelques dizaines de fidèles. L’opération terminée, les policiers quittaient les lieux sous les huées.

Pas de blessés sérieux

La députée Nona Mamoulachvili était présente au moment de l’arrestation de Nika Melia. « Ils ont cassé les portes. Il y a eu beaucoup de blessés là-haut, beaucoup de gens empoisonnés avec les gaz. Nous, on a juste chanté pour montrer qu’on n’est pas pour la violence. On voulait sauver la démocratie géorgienne », témoigne-t-elle

Il n’y a pas eu de blessés sérieux. C’est d’abord la démocratie géorgienne qui se trouve menacée. Le parti au pouvoir, le Rêve géorgien de l’oligarque Bidzina Ivanichvili, a promis en prenant les rênes du pays en 2012 de faire disparaître le Mouvement National Uni de l’ancien Président Mikheïl Saakachvili.

Depuis, le parti a vu plusieurs de ses hauts responsables emprisonnés et il a perdu en 2019 le contrôle de la principale chaîne de télévision du pays, Roustavi 2.