En Géorgie, des milliers de manifestants rassemblés pour dire "non à la dictature russe"

Plusieurs milliers de manifestants ont à nouveau protesté, samedi dans la capitale géorgienne, contre le projet de loi controversé sur l'"influence étrangère". Depuis début avril, ils dénoncent un texte perçu comme une entrave aux aspirations de Tbilissi à rejoindre l'Union européenne.

La mobilisation ne faiblit pas en Géorgie. Plusieurs milliers de manifestants sont descendus dans les rues de Tbilissi, samedi 11 mai au soir, pour protester une nouvelle fois contre le projet de loi controversé sur l'"influence étrangère", voulu par le gouvernement mais critiqué par les États-Unis et l'Union européenne (UE).

Dans la foule, des manifestants arboraient les drapeaux de la Géorgie et de l'UE, que Tbilissi dit vouloir rejoindre, malgré ce texte que ses détracteurs jugent similaire à une législation russe utilisée contre l'opposition.

"Géorgie ! Géorgie !", ont scandé les nombreux manifestants qui marchaient le long du fleuve Koura, malgré une forte averse.

Parmi les personnes présentes, Mariam Meunargia dit être venue pour montrer que son pays veut "simplement faire partie de la société européenne". "Nous protégeons notre avenir européen", veut-elle croire.

À lire aussiManifestations en Géorgie : les raisons de la colère

Avec AFP


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
En Géorgie, les intimidations et menaces visant des responsables d’ONG se multiplient
Faustine Vincent : "Ce qui se joue aujourd'hui en Géorgie, c'est clairement l'avenir du pays"
"Non à la Russie !" : nouvelle manifestation en Géorgie contre la loi sur l'"influence étrangère"