En Géorgie, le pouvoir promet le vote mardi de la "loi russe" en dépit des manifestations

Le Premier ministre géorgien a promis que le Parlement voterait mardi la loi controversée sur l'"influence étrangère", malgré la poursuite des manifestations, lundi, contre le projet de loi. Les rassemblements se déroulent dans un climat de tensions.

La colère de la rue ne faiblit pas en Géorgie, où un millier de manifestants, pour la plupart jeunes, étaient encore rassemblés lundi 13 mai devant le parlement. Ce pays du Caucase est agité par une protestation massive contre une loi sur l'"influence étrangère" accusée de détourner Tbilissi de son chemin européen pour l'entraîner vers Moscou.

En dépit de cette opposition, le parti du "Rêve géorgien", au pouvoir, est déterminé à faire franchir au texte un vote parlementaire, après que les députés l'ont approuvé en commission juridique lundi. Le Premier ministre géorgien a réaffirmé lundi que le Parlement adopterait mardi le projet de loi contesté.

"Le Parlement agira demain suivant la volonté de la majorité de la population et adoptera la loi en troisième lecture", a déclaré Irakli Kobakhidzé, affirmant qu'il s'agissait de protéger "les intérêts nationaux" de ce pays du Caucase.

Le texte est vertement critiqué par les États-Unis et l'Union européenne à laquelle la Géorgie, ancienne république soviétique, est candidate à l'adhésion. Il a suscité des rassemblements massifs d'opposants, dont certains ont été réprimés.

Avec AFP


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Manifestations en Géorgie : "Je n’ai pas peur, je reviendrai tant que la loi russe ne sera pas rejetée"
En Géorgie, des milliers de manifestants rassemblés pour dire "non à la dictature russe"
En Géorgie, les intimidations et menaces visant des responsables d’ONG se multiplient